La Cinémathèque
L'enfant du Carnaval

Film tourné en 1921, réalisé par Ivan Mosjoukine.
Noir et blanc — 35 mm — 1,33:1 — Muet
66 Mn

« Un petit chef-d’œuvre de perfection technique et artistique. Le sujet est très original, mais il n’est pas dépourvu de sens, d’expressions changeantes du visage… Lissenko est humaine, sobre et expressive sans recourir aux maniérismes.  » – Dans « La Rivista Cinematografica » n°22, 1923

  • Synopsis
    Un jour de carnaval, à Nice, une jeune femme en noir abandonne à la porte d’une riche propriété dont le majordome vient de lui donner une large aumône, son enfant. Le marquis Octave de Granier, en rentrant tardivement trouve le petit paquet qui pleure. Il le ramasse, trouve le mot épinglé et l’emporte chez lui. Le grave majordome décide qu’il faut la présence d’une femme et s’adresse à un bureau de placement. C’est la mère du petit Paul qui se présente. Bientôt, la présence de la jeune femme et du bébé transforment notre fêtard. Il épousera la gentille maman.
  • Casting
    Ivan Mosjoukine, Nathalie Lissenko, Charles Vanel, Jules de Spoly, Paul Olivier, Mario Nasthasio, le petit Gilbert Sambon
scénario

Ce film réalisé par Mosjoukine a été tourné à Nice. Il a lui même écrit le scénario du film qui combine des éléments du mélodrame à la française avec du comique et une touche tragique typiquement russe. Visuellement, le film profite de l’excellent travail de F. Bourgassoff, un superbe opérateur russe. Une séquence délicieuse montre une ligne de noceurs -très éméchés- en goguette en ombres chinoises sur la Promenade des Anglais. Mais, c’est Mosjoukine qui fait vivre le film avec son talent habituel. Son charisme illumine l’écran alors que le fêtard -qui rentre en dansant, sous le regard désapprobateur de son domestique (Bartkevitch excellent) se transforme en père attentif qui pouponne l’enfant trouvé. On pense au Kid (1921) de Chaplin – sur un mode mineur – en voyant son interaction avec le jeune acteur. Nathalie Lissenko, la mère abandonnée dans le dénuement, est engagée comme nurse de l’enfant et un tendre sentiment s’établit entre la bourgeoise déchue et le marquis noceur. Mais, le film évite une conclusion heureuse retrouvant là les origines russes de son auteur. Octave va se retrouver seul alors qu’il pensait que le bonheur était tout proche. Mosjoukine montre avec ce film non seulement son talent d’interprète, mais aussi son talent de metteur en scène avec cette ouverture où il tire le rideau révélant un vaste panorama du Carnaval Niçois, tel un magicien évoquant un conte pour adultes. Un très joli film.

Photos tirées du film

Ivan Mosjoukine

Ivan Mosjoukine et Gilbert Sambon

Film en version abrégée de 13Mn

L’enfant du carnaval n’a jamais été diffusé dans son intégralité sur les médias domestiques; Cependant, une version très abrégée de 9,5 mm est sortie en France à la fin des années 1920. Ce transfert combine deux tirages 9.5mm pour présenter le film en anglais pour la toute première fois. La copie de la Cinémathèque étant malheureusement peu contrastée et très granuleuse.

La Cinémathèque
La Cinémathèque